Surcouf

Connaissez-vous la demeure de Robert Surcouf ?

Si vous travaillez dans la capitale ou vous vous y rendez très souvent, vous êtes certainement passé devant ce bâtiment sans pour autant vous y attarder. On vous parle là de cet édifice d’un étage situé en face de l’Hôtel de ville de Port-Louis, à l’angle des rues Jules Koenig et Sir Seewoosagur Ramgoolam. Vous trouverez au rez-de-chaussée quelques vieilles boutiques qui se fondent dans le décor. Pourtant, ce bâtiment date des années 1790 et était la demeure de Robert Surcouf.

Appelé au départ La Renommée, ce bâtiment a appartenu à Robert Surcouf, le plus célèbre des corsaires bretons qui avait fait de Port-Louis son port d’attache. Il a été construit entre 1796-1800, et avait pour fonction de servir d’appartements et d’entrepôt pendant les guerres franco-anglaises de la République, puis de l’Empire.

Robert Surcouf qui est né à St Malo en France, a embarqué sur un vaisseau de commerce pour la première fois à l’âge de 15 ans. Quelques années plus tard, en route pour les Indes, il fit escale à l’Isle de France (ndlr : Ile Maurice) et en tomba amoureux. Il prouva sa combativité contre les escadres anglaises qui faisaient le blocus de l’île et sauva l’isle de France à de nombreuses reprises. Surcouf navigua dans l’océan Indien pendant vingt ans et finit par obtenir la confiance de Malartic, gouverneur de l’Isle de France de 1792 à 1800.

Lorsque l’île passe sous l’occupation anglaise, sa demeure fut vendue mais fut préservée jusqu’à la fin du 20e siècle. Elle fut acquise par Mme de Lange qui la lèguera ensuite à la municipalité de Port-Louis. Le bâtiment fera office de bureaux pour les médecins et avocats qui œuvraient pour les pauvres. Sir Gaëtan Duval, Sir Veerasamy Ringadoo, Sir Harold Walter et Sir Marc David, ont également connu ce lieu pour y avoir travaillé.

Une plaque commémorative portant l’inscription « Au roi des corsaires » a même été dévoilée en 2008, mais elle se trouve à l’intérieur de l’immeuble.

Surcouf restera longtemps dans les mémoires comme la terreur de l'océan Indien, le meilleur spécialiste de la course, le plus habile chasseur des mers.

 

Laisser un commentaire