Patrick Victor

Patrick Victor, ambassadeur de la culture seychelloise  

« Koste Pep Losean Endyen…” Qui ne se souvient pas de cette chanson de l’artiste seychellois, Patrick Victor sortie dans les années 80 ? Auteur et compositeur, Patrick Victor est l’un des artistes seychellois qui a traversé les époques avec ses chansons, sans qu’elles ne prennent une ride.

Patrick Victor

La pochette du CD de Patrick Victor & Bwa Gayac sorti en 1990

Patrick Victor est un ambassadeur de l’histoire et de la culture seychelloise. Il véhicule ce patrimoine, parle du vécu des Seychellois, du passé de ce peuple issu de l’esclavage à travers ses chansons. Il dénonce aussi toute forme de domination ou d’oppression. Patrick Victor est issu d’une famille de musiciens. Enfant, il a été bercé par la musique traditionnelle seychelloise. Son grand-père qui était à la tête d’un orchestre, Anse Boileau Kamtole Band, interprétait les airs populaires des Seychelles, à la guitare, au violon, au banjo et même à l’accordéon.

Son inspiration vient de là. Il se produit lors de différents évènements locaux. Si de nombreux groupes se tournent vers les musiques européennes, pour plaire aux touristes, Patrick Victor décide, lui, d’emprunter une autre voie ; faire la promotion de la culture créole dans l’archipel et en dehors des frontières. Sa première chanson qui date de 1975 donne le ton à sa carrière musicale. Il s’agit de Tambour Moutia qui parle du moutia, une danse pratiquée par les esclaves au 19e siècle.

Un an plus tard, Patrick Victor remporte une compétition de chansons organisée dans le cadre des célébrations de l’indépendance des Seychelles, « La Nou Pe Vin ene Nasyon. » Son premier album sortira en 1978 et comprendra douze chansons en créole, en français et en anglais.

Sa popularité s’accroit pendant les années qui suivent. En 1982, Patrick Victor forme la National Cultural Troupe pour continuer à promouvoir les valeurs culturelles. Sa notoriété d’artiste commence alors à s’exporter.

C’est sa chanson Koste Pep Losean Endyen qui l’a rendu célèbre à Maurice et plus précisément lors du concours de variété « Découvertes », organisé en 1983 par Radio France Internationale (RFI). Il se produira en France, en Russie et dans d’autres pays européens.

L’artiste Seychellois avait été choisi pour être l’impulsion des Seychelles dans la création de l’hymne de la Commission de l’Océan Indien, COI. Il s’est retrouvé aux côtés d’artistes de renom de chaque pays membre : Salim Ali Amir des Comores, Eusebia Fatoma de Madagascar, Linzy Bacbotte de Maurice, David Sicard de La Réunion.

Photo en tête d'article: Album "En Transition" de Patrick Victor

 

Laisser un commentaire