Cyrille Hugon, co-fondateur de Rumporter - « Toutes les distilleries de Maurice se valent »

Cyrille Hugon, co-fondateur de Rumporter - « Toutes les distilleries de Maurice se valent »

Le rhum sera-t-il un jour logé à la même enseigne que le whisky ? Oui, si l’on en croit Cyrille Hugon co-fondateur du magazine en ligne, Rumporter et organisateur du Rhum Fair à Paris. Passionné de liqueurs, il est incollable et intarissable sur le rhum. Côte Nord l’a rencontré à la terrasse du restaurant de l’Aventure du Sucre entre deux visites des distilleries mauriciennes dont il pense le plus grand bien.

Cyrille Hugon se passionne pour le rhum alors qu’il est en charge du marketing chez Dugas, grand importateur de spiritueux, madère, porto, whisky, single malt (et aussi premier importateur des rhums New Grove en France). Son patron aura pourtant une inspiration. Il pense qu’il y a quelque chose dans le rhum à explorer « pour voir si cela ne pouvait pas devenir ce que le whisky est devenu depuis une trentaine d’années ». « Le whisky a d’abord été un alcool de contrebande, puis de l’alcool dilué, du blend et enfin le single malt qui est devenu l’alcool premium au monde, avec le cognac, mais dans des zones de distribution différentes », explique Cyrille Hugon.

A l’époque, le marché du rhum est considéré comme fermé en France avec une distribution en circuit privé. Dugas va importer du rhum et acquerrir bien vite une expertise. Cyrille Hugon développe alors un réseau et se rend compte que le phénomène de montée en gamme du rhum n’est pas isolé. « Cela se passait aussi ailleurs. Les producteurs amélioraient la qualité de leur production et de leur packaging ». Après 10 ans, il quitte alors la maison et se met à son compte. Entre 2011 et 2013, il co-organise le salon Rhum Fair sur l'inspiration du salon londonien éponyme. L’édition 2014 du salon s’est tenue au mois d’avril dernier.

Passionné d’écriture et de photographie, sa rencontre avec Alexandre Vingtier, ancien acheteur pour La Maison du Whisky et ex-rédacteur à Whisky Magazine lui permet de se lancer dans une aventure qui combine ses trois passions, en 2013, le magazine Rumporter. Un magazine en ligne gratuit qui passionne bien vite les amateurs de rhum de plus en plus nombreux en France. « La demande est grande car il y aussi le développement de la mixologie, des bars à cocktails avec des barmans qui se comportent comme des cavistes ».

33 millions de bouteilles consommées...

Il faut savoir qu’en France métropolitaine 33 millions de bouteilles de rhum sont consommées chaque année (et 15 millions dans les départements français d’Outre-Mer). « 27 millions de bouteilles sont achetées dans les réseaux de grande distribution, et 6 millions dans les restaurants, bars, discothèques... ».
Pour autant, le rhum n’a pas encore atteint le niveau qualitatif du whisky, explique Cyrille Hugon, mais il suscite beaucoup d’intérêt car il est beaucoup plus ‘mixable’. « Rhum is Fun, il faut rêver le rhum. Il y a une part onirique dans le rhum, une variation géographique plus grande que le whisky, Amérique du Nord (eau de feu, rhum distillé avec de la mélasse achetée de Cuba, Haïti), Antilles, Océan Indien. L’histoire du rhum est liée à l’histoire du monde », assure l’expert du rhum qui rappelle la loi interdisant de produire l’alcool à moins de 96% à Maurice.

Cyrille Hugon constate que les entrepreneurs mauriciens ont réussi une diversification intéressante et intelligente dans le sucre à Maurice après la levée de cette interdiction qui arrivait en même temps que la fin du Protocole sucre. Sa virée dans les distilleries mauriciennes lui a permis de jauger la production locale. «Toutes les distilleries de Maurice se valent. Il y a une vraie démarche pour progresser. Les Mauriciens sont de vrais entrepreneurs avec beaucoup de matière grise et d’intelligence. Ce sont de vrais bosseurs qui s’entourent de talents et qui ont tous le bon discours. Personne ne dit du mal de personne ». Une situation qui devrait permettre, selon lui, l’émergence d’un label Rhum Maurice pour un avenir prometteur du rhum local.

Laisser un commentaire