Elio Permal Shandrani 7

Elio Permal, l’artiste à tout faire du Shandrani

Peintre, graveur sur bois, ébéniste, sculpteur… Elio Permal sait tout faire. Depuis 30 ans, ses talents sont au service du Shandrani Resort & Spa, hôtel qui a vu grandir son amour pour l’art sous toutes ses formes. Rencontre.

Personne ne m’a jamais rien appris. Je suis un autodidacte, j’ai tout appris tout seul, sans l’aide de personne.” A voir les multiples talents d’Elio Permal, on ne s’en serait jamais douté. Son petit atelier, un vrai bric à brac ou se mêlent pinceaux, tableaux, peinture, outils, sculptures et œuvres diverses, est bien la preuve que l’artiste-décorateur du Shandrani Resort & Spa a bien plus d’une corde à son arc.

Né à Port-Louis d’un père peintre en bâtiment et d’une mère couturière, Elio Permal a su très tôt qu’il suivrait une carrière artistique. “Depuis tout petit, j’adore le dessin. Je demandais tout le temps à mon père de me ramener de la peinture ou des crayons lorsqu’il allait à la boutique”, se rappelle-t-il. Talentueux, l’artiste se fait rapidement un nom, et se met à travailler pour des marques de boissons gazeuses au début des années 80.

Elio Permal en plein travail.

Elio Permal en plein travail.

Elio Permal Shandrani 6

                                                                                                                                     Il peignait les logos des boissons sur des murs de boutiques ou d’autres bâtiments, à une époque où la publicité était encore artisanale à Maurice. Un travail qui lui a appris la précision; il lui fallait en effet mesurer très précisément les tailles des lettres et des formes géométriques, et les reproduire à l’identique. “On ne peut pas faire n’importe comment le logo d’une marque déposée”, affirme Elio.

Elio Permal Shandrani 4

Quelques exemples des talents multiples du décorateur

Après les élections de 1982, comme beaucoup de jeunes touchés par le chômage à cette époque, l’artiste connaît toutefois une période de vaches maigres. Il survit grâce à de petits boulots, jusqu'à ce qu’en 1986, un ami lui propose de postuler au Chaland, le futur Shandrani, où l’on recherche un décorateur. Au début, il est plutôt réticent. “Je ne me voyais pas du tout travailler pour un hôtel, je ne voyais pas trop ce que je pouvais y faire”, confesse-t-il.

Mais après un entretien d’embauche auquel il se rend faute de mieux, il réalise que le travail proposé lui convient parfaitement. Elio Permal se rend toutefois vite compte que ses seuls talents de dessinateur ne suffiront pas à combler les attentes de ses patrons. Pour répondre aux besoins de l'établissement, il apprend sur le tas des techniques d’art plastique très variées: pyrogravure, sculpture, travail du bois, réalisation de fresques, d’enseignes et de panneaux…

Ses talents sont appréciés, ainsi que son assiduité et sa ponctualité. En effet, en 30 années de métier, Elio a toujours rendu ses œuvres dans les temps. Une qualité qui lui a permis d'être toujours très bien vu de la direction. “Tous les directeurs qui se succédés à la tête de l'hôtel ont toujours beaucoup apprécié mon travail, et j’ai reçu beaucoup de compliments. J’ai même été élu Employé de l'année une fois”, se souvient Elio Permal.

L’artiste travaille dans l’ombre, à l’abri des yeux des clients, qui s’extasient souvent devant ses œuvres sans savoir qui en est l’auteur. “Mais j’ai été sur le devant de la scène pendant quelques temps, dans les années 90. A l'époque, j'étais dans le département Animation. En parallèle de mon travail de décorateur, je participais aux soirées à thèmes, aux cabarets et je dansais le séga.” Une période qui lui permet également de voyager plusieurs fois en Afrique du Sud pour promouvoir l'établissement et la destination Maurice.

Ce tableau a été réalisé spécialement pour l’Euro 2016. Les employés du département Sports y inscrivent les résultats des matches.

Ce tableau a été réalisé spécialement pour l’Euro 2016. Les employés du département Sports y inscrivent les résultats des matches.

En 30 ans de métier, Elio Permal a été un témoin privilégié de l'évolution de l'hôtellerie à Maurice. Avant de devenir le Shandrani, le Chaland était en effet un petit hôtel très familial et chaleureux. “Je suis souvent un peu nostalgique de cette époque. Au Chaland, nous étions une petite famille, environ une centaine d'employés. Nous déjeunions tous ensemble, nous étions très proches les uns des autres. Aujourd’hui, il y a près de 700 personnes qui travaillent à temps plein à l'hôtel. Nous sommes dans des départements différents et nous sommes tous un peu dans notre coin, même si le sentiment d’appartenance est encore très fort”, se souvient le décorateur.

Elio Permal Shandrani 5

Une des affiches créées par Elio

Preuve de cette loyauté sans faille: en 2000, l'hôtel ferme ses portes durant neuf mois pour des travaux. Durant deux mois, Elio Permal est transféré au Victoria, autre établissement du groupe Beachcomber, pour exercer ses talents. “Ils m’ont très vite demandé de quitter le Shandrani pour travailler au Victoria. Au début, j’ai fait semblant d'hésiter pour ne pas les vexer, mais je savais au fond de moi que je ne quitterai jamais le Shandrani”, s’exclame-t-il, les yeux rieurs.

Avec l’agrandissement de l'hôtel dans les années 90, le travail ne manque pas pour le jeune autodidacte. Encore aujourd’hui, il travaille le plus souvent sur plusieurs projets en même temps: de petites retouches, des travaux d’envergure ou des demandes spéciales. Il crée par exemple des cases en tôles pour des soirées feu de camp, de superbes tableaux pour les évènements sportifs comme l’Euro ou la Coupe du Monde, des logos éphémères destinés à être brûlés durant des cocktails pour des marques, des décors de soirées à thème pour les clients ou les employés, ou encore les panneaux indicatifs pour le terrain de golf.

Et, malgré cet emploi du temps très chargé, il trouve toujours le temps de faire plaisir à ses collègues. “Souvent les femmes viennent me demander de graver leur nom sur de petits porte-clés en bois. J’en garde plusieurs dans un tiroir pour ce type de demande. C’est un peu fatiguant à la longue, mais j’aime bien leur faire plaisir. Bien sûr, si j’ai un travail urgent je leur dis d’attendre un peu”, lance-t-il avec un grand sourire.

Voilà un artiste talentueux qui a le cœur sur la main!

Photo du haut: Elio Permal dans son antre, un petit atelier où il conserve certains de ses trésors. Le reste de ses oeuvres est entreposé dans un container non loin de l'hôtel.

Laisser un commentaire