arouille

L’arouille, un féculent de choix

En friture, en dim sum, en purée ou en daube, l’arouille est toujours très apprécié. Ce tubercule alimentaire qui pousse dans les régions tropicales fait partie intégrante de la cuisine mauricienne depuis des années.

arouille

Les fameux "gatos aroui", qui sont plus appréciés avec un peu de sauce pimentée

Qui peut résister à un cornet de « gato aroui » chauds, croquants à l’extérieur et fondants à l’intérieur avec un peu de « chatini » ?  Ces boulettes frites d’arouille, de gingembre et de sauce soja plaisent autant aux Mauriciens qu’aux touristes et se vendent aux quatre coins de l’île. De différentes tailles, aux goûts variés, avec plus ou moins d’arouille et de gingembre selon le vendeur, c’est un incontournable du goûter. Le woo kok, dim sum avec de l’arouille et de la viande et des légumes est également très populaire dans la cuisine chinoise.

Mais l’arouille ne se mange pas uniquement en friture, bien que ce soit la façon la plus populaire de la préparer à Maurice. Elle se cuisine également comme de la pomme de terre ou du manioc, mais elle coûte quand même plus cher – il faut compter environ Rs 100 le kilo actuellement.

Ce légume racine est un excellent aliment nutritif de base. D’ailleurs, il est très consommé dans la cuisine africaine car c’est un délicieux féculent. Brun à l’extérieur avec une texture fibreuse, sa chair peut être blanche ou violette. Il faut toutefois bien le cuisiner, car il est amer et irritant s’il n’est pas suffisamment cuit. Si vous en trouvez au bord de la route ou au marché, n’hésitez pas à en acheter pour en faire une délicieuse daube avec de la viande, ou pourquoi pas un kat kat arouille ou même des frites ?

 

Laisser un commentaire