Pousse-pousse

Pousse-pousse : l’incontournable du paysage malgache

Si auparavant on trouvait des pousse-pousse dans pratiquement toutes les villes de Madagascar, aujourd’hui, on en trouve surtout à Antsirabe, ville des hautes terres de la Grande Ile, que l’on surnomme d’ailleurs la « capitale des pousse-pousse ».

Pousse-pousse

Les pousse-pousse attendant les clients

Traditionnellement, le pousse-pousse était une voiturette à deux roues, tirée par un homme portant une chemise longue, un chapeau de paille et pieds nus. Mais bien que ceux-ci soient encore nombreux, on en trouve de plus en plus qui sont tirés par des vélos, que l’on appelle aussi cyclo-pousse. Ce moyen de transport est très répandu dans les villes de la Grande Ile, utilisé aussi bien par les touristes que les locaux pour aller au marché, à l’école ou encore à l’église.

Arborant des couleurs très vives, les pousse-pousse ont chacun un nom faisant référence au propriétaire et, comme tous les moyens de locomotion, une plaque d’immatriculation. D’ailleurs le pousse-pousse a droit à un contrôle technique régulièrement et le « tireur », lui, doit posséder une autorisation pour laquelle il doit faire une visite médicale au préalable tous les ans.

Il est, par contre, assez rare de trouver des tireurs qui ont leurs propres pousse-pousse. Ce sont généralement des gens plus fortunés qui en possèdent et les louent. Les tireurs doivent donc pouvoir payer la location avant de pouvoir empocher les gains. C’est un dur métier surtout pour ceux qui tirent le pousse-pousse traditionnel qui demande beaucoup de force et d’énergie.

Pousse-pousse

Le cyclo-pousse, version améliorée du pousse-pousse

Il semblerait que ce moyen de transport ait été emmené par les Chinois venus travailler à la construction des premières lignes de chemin de fer au début du vingtième siècle. Au départ, les « tireurs » étaient pour la plupart des paysans qui venaient en ville pour se faire un peu d’argent lorsqu’il n’y avait pas suffisamment de travail dans les champs. Espérons que ce moyen de transport traditionnel mais aussi très écolo, a encore de longues années devant lui !

Laisser un commentaire