rastilang1

Ras Tilang, le petit prince du seggae

rastilang2Sa voix, qui ressemblait étonnamment à celle de son modèle Kaya, donnait la chair de poule. Ras Tilang, chanteur de seggae disparu tragiquement en 2004, n’aura jamais récolté les fruits de son succès, malgré deux albums lumineux sortis au début des années 2000. Retour sur une vie de souffrances et de misère.

Tout comme Kaya, il chantait la paix, l’amour et l'unité des peuples, mais aussi la misère, la souffrance et les conditions de vie difficiles des habitants des bidonvilles de l’île Maurice. Ras Tilang, de son vrai nom Jason Webb Brigitte, s’en est allé un jour de juillet 2004 après 30 années d’existence en marge de la société mauricienne.

Ras Tilang a en effet vécu une vie des plus compliquées, comme il en témoigne dans sa chanson “Mama”, entre autres. Originaire de Batterie-Cassée, un quartier populaire de Port-Louis, le jeune Jason est élevé par sa grand-mère après la séparation de ses parents. Ressentant cette situation comme un abandon, il en gardera une blessure profonde.

Vidéo: Assez Assez

N’ayant jamais été à l'école, il commence dès son plus jeune âge à vivoter de petits boulots. Ras Tilang a ainsi été, tour à tour, maçon, peintre en bâtiment, marchand de bonnets rastas ou de savates… Un mode de vie précaire qu’il conservera jusqu’au bout, car même l’argent touché après le succès de ses deux albums ne suffira pas à subvenir aux besoins de sa famille.

Vidéo: L’edikasyon

Timide et extrêmement sensible, le futur seggaeman trouve refuge dans la musique, surtout le reggae et le seggae. Il découvre Bob Marley, puis Kaya, dont il fait la connaissance à la fin des années 80 aux côtés de Berger Agathe, autre chanteur de seggae ayant connu une fin tragique (tué par balles durant les émeutes qui ont suivi la mort de Kaya). Fragile, d’une maigreur presque maladive, Ras Tilang n'hésite pourtant pas lorsque Berger lui propose de devenir le bassiste de son groupe, Ovajaho.

A la suite de Kaya et de son groupe Racinetatane, qui popularise le “nouveau son” dans les îles de l'océan Indien, Ovajaho sort quelques tubes mémorables à l’image du titre “Zom ki faim”. Ras Tilang, le bassiste, reste toutefois dans l’ombre. Lorsque le groupe se sépare, en 1992, il entame une carrière solo et crée une nouvelle formation,  Evo 8. Le groupe anime des concerts de quartier et joue lors d’autres événements mineurs, sans jamais connaître de véritable succès.

Vidéo: Zom ki faim

Après la mort tragique de Kaya en février 1999 et les terribles événements qui ont suivi, la carrière de Ras Tilang va prendre une autre ampleur. La voix du jeune homme est en effet incroyablement similaire à celle du père du seggae. La rumeur enfle rapidement: les gens parlent de “réincarnation de Kaya” ou encore de “nouveau Kaya”. Repéré par le producteur Richard Hein, Ras Tilang enregistre son premier album, Evolusion, sorti en 2001. C’est la consécration; on lui attribue presqu'immédiatement le titre d'héritier du “roi Kaya”.

Malgré cette popularité grandissante, Ras Tilang n'échappe pourtant toujours pas au malheur. En rentrant d’un concert avec les membres du groupe Zot Sa, en 2002, il est victime d’un grave accident de voiture. Sa langue est sectionnée (d'où son surnom de “tilang”, qui veut dire “petite langue”). Il ne peut plus parler, et encore moins chanter. Beaucoup prédisent la fin de la carrière du petit prince du seggae.

Tenace, Ras Tilang entame alors un long et pénible réapprentissage. Tous les matins, il se rend au bord d’une rivière, muni d’un djembé, et effectue des exercices vocaux. Après plusieurs mois de travail, ses efforts finissent par être récompensés. Ras Tilang a retrouvé sa voix, et celle-ci semble encore plus impressionnante qu’avant. Il entame l’enregistrement d’un nouvel album, L’Edikasyon, qui sort en 2003.

Vidéo: Bord la Riviere

Si Ras Tilang doit une grande partie de son succès à sa voix si proche de celle de son maître Kaya, il s’est également appuyé sur des textes simples aux paroles très fortes, souvent plus sombres que celles de son prédécesseur. Après la sortie de ses deux albums, les spécialistes lui prédisaient une carrière des plus fructueuses. Malheureusement, il n’en aura pas le temps.

Le 24 juin 2004, il est arrêté par la police à Pamplemousses pour une histoire de vol. Le chanteur est d’abord placé en détention préventive, puis il est incarcéré à la prison de Beau-Bassin. Il se plaint durant plusieurs jours de douleurs abdominales, avant d'être finalement transféré à l'hôpital. Ras Tilang finit par s'éteindre le 18 juillet d’une septicémie, laissant pour la postérité une vingtaine de chansons magnifiques, rythmées et émouvantes.

Laisser un commentaire