Robben-island

Cape Town, la vibrante « cité mère »

Parmi les sites touristiques les plus visités en Afrique du Sud, Cape Town, aussi connue comme Le Cap par les francophones, reste un des endroits incontournables.Dans un pays qui se relève encore de décennies d’une histoire marquée de violences, Le Cap offre un cadre plutôt sécurisé où le visiteur se sent aussi à l’aise que dans une grande cité européenne. Une ambiance propice pour plonger dans l’histoire de cette ville vibrante qui aura été la première à connaître à la fin du XVe siècle, les explorateurs venus du vieux continent qui l’appelèrent à juste titre la « cité mère ».

Cape Town vibre, bouge, evolue chaque jour un peu plus.

Elle est aujourd’hui partagée entre un centre-ville où les constructions modernes témoignent d’une volonté d’être à la pointe du progrès et d’autre part, la vieille ville qui garde jalousement l’héritage de la construction sud-africaine marquée par des épisodes très dures et très denses. Pour visiter la ville de fond en comble, une semaine ne suffit  pas mais elle permet tout de même d’avoir un aperçu de la richesse du Cap. Le mieux c’est de prendre le fameux Hop On-Hop off, un service de bus qui existe aussi dans les grandes métropoles du monde. Avec un ticket de deux jours à 270 rands (moins de Rs 800) vous pourrez y faire le tour des principales destinations touristiques incluant la fameuse Route du vin avec un audio guide qui donne des informations utiles et instructives tout au long du trajet. Vous pourrez vous arrêter aux sites proposés et reprendre un autre bus à votre convenance. Le bus démarre généralement du Waterfront ou du centre-ville.

Parmi les premiers arrêts, Long Street, une avenue dont au nom explicite. Artère commerçante et touristique, elle est au cœur de la vie nocturne de la ville et possède sans doute les meilleures adresses de restaurants de la région. Au milieu de cette rue, le Green Market, une foire où produits artisanaux locaux côtoient ceux de pays voisins. D’ailleurs, la plupart des marchands sont des immigrés africains. Très coloré, le marché n’offre toutefois pas toujours des produits de qualité.

Un peu plus haut dans cette rue, Bo Kaap, témoigne de la présence malaise à Cape Town. Maisons aux couleurs vives, épiceries asiatiques et mosquées donnent une touche exotique à cette partie de la ville. En face de ce quartier, se trouvent le musée juif et les jardins de Victoria, deux endroits qui valent le détour.

Mais c’est plus haut que se trouve sans nul doute l’attraction majeure de Cape Town, l’incontournable Table Mountain. Visible de toutes parts, imposante et rassurante à la fois, elle symbolise cette ville. Les sportifs peuvent tenter de l’escalader à pied (environ deux heures de marche) mais le téléphérique offre une ascension toute aussi éblouissante. Une fois sur la montagne, à 1 000 mètres d’altitude, on ne peut que s’émerveiller de la vue spectaculaire sur la ville et la péninsule. Au loin on aperçoit la chaîne de Drakensberg alors qu’à ses pieds, la ville s’étale entre Signal Hill et Lion’s Head. Sur la mer, une île ne manque pas de capturer le regard, Robbens’s Island, lieu d’emprisonnement des militants anti-apartheid et notamment de Nelson Mandela. Aujourd’hui, l’île est un site que l’on peut visiter mais il faut réserver bien à l’avance. Table’s Mountain abrite également une faune endémique très riche.

Mais Cape Town est avant tout une station balnéaire vibrante d’enegie. Après Table’s Mountain redescendez vers Camps Bay et les plages de Clifton coincés entre la mer et la chaîne des « 12 apôtres ». Ce sont toutes des stations balnéaires très fréquentées mais qui restent encore très préservées en termes d’architecture. Ici, beaucoup de maisons traditionnelles et contemporaines (du côté de la plage) . On traverse ensuite Bantry Bay et Sea Point, un peu plus moderne, avant d’arriver au magnifique phare de Green Point. Quant au fameux  Stade de Cape Town, construit pour la Coupe du Monde, il signale l’entrée du centre-ville. Des visites sont proposées en journée du mardi au samedi.

Enfin le Waterfront. Lieu alliant histoire et modernité, c’est un must pour le shopping et les restaurants sur le vieux port (pas les fast-foods du centre commercial). Il abrite aussi le fabuleux Craft Market, où l’on trouve un travail artisanal de qualité et des expositions d’art à l’étage. A ne pas manquer The Cape Wheel, le grand carrousel qui offre une vue panoramique de 360° de la ville englobant les sites décrits plus haut. Une vision qui appelle à prolonger son séjour ou à y revenir.

La Route des Vins

La réputation de l’Afrique du Sud en matière de vins n’est plus à faire. Une visite à Constantia et notamment à Groot Constantia, le site historique vinicole le plus important d’Afrique du Sud, s’impose. Dégustation et visite des celliers sont au programme ainsi que le déjeuner dans le jardin majestueux.

Toutefois, si vous cherchez un lieu encore préservé de la foule touristique, il faut se rendre du côté de Stellenbosch, Paarl et Franschhoek (le coin des Français). La ville de Stellenbosch avec ses construc -tions typiques de l’époque hollandaise offre un voyage sidérant dans le temps. Sur la route qui nous y mène, des vignes à perte de vue nous offrent une image semi-rurale inattendue de l’Afrique du Sud.

Stellenbosch est une région viticole pure. Les fermes viticoles se succèdent dans un cadre somptueux entre montagnes et valons. Elles ont toutes une appellation bien connue des amateurs de vins. Vous vous y arrêterez très certainement, les dégustations étant un must de votre visite.

Quant à Franschhoek, c’est le charme revisité d’une petite ville de province où chic et séduction jouent la carte française et donnent aux commerces environnant une étrange connotation d’une France pourtant si éloignée. Vous ne repartirez pas insensible tant ce bijou de ville est attachante.

Laisser un commentaire