www.filoumoris.com

www.filoumoris.com - Un site dédié au patrimoine musical de l’ océan Indien

Certains trésors du patrimoine musical de l’océan Indien ont toujours souffert d’une absence de collection et d’archivage. Ce manque est maintenant réparé grâce à un amoureux de l’île Maurice mais aussi de la culture musicale de la zone océan Indien. Philippe de Magnée, Filou pour les intimes, ingénieur en son, a lancé en décembre dernier le site internet www.filoumoris.com.

C’est une formidable collection de musique et de chansons « inédites » ou « disparues des circuits commerciaux » d’artistes de l’océan Indien, notamment de l’île Maurice, de La Réunion, de Rodrigues, de l’archipel des Chagos, des Seychelles et de l’archipel des Comores. En créant www.filoumoris.com, Philippe de Magnée avait pour but précis de continuer à faire vivre le patrimoine musical enregistré de l’océan Indien. Bon nombre des morceaux proviennent de collectes et de sauvegardes qu’il a réalisées dans l’océan Indien entre 1979 et 2017. On y trouve aussi des albums récents d’artistes de la région distribués sur les plates-formes numériques.

Ce site rassemble une collection d’un millier de titres qui sont en streaming, en écoute complète, avec l’accord des artistes et ayants droit, ou en extraits de 20 secondes. Il s’agit principalement de musiques traditionnelles mais aussi des musiques fusion, et métissées. www.filoumoris.com a pour ambition de servir de plate-forme pour les artistes de la zone océan Indien qui ont aussi des albums distribués sur internet.

Philippe de Magnée a fait des études d’ingénieur du son à Bruxelles à l’INSAS (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle et Techniques de diffusions). C’est en 1979 qu’il foule le sol mauricien pour y rejoindre Gaëtan Essoo afin de monter une équipe de radio et télévision scolaire au MCA (Mauritius College of the Air). C’est durant trois années, de 1979 à 1981, qu’il rencontre et enregistre des cassettes avec les artistes mauriciens qui créeront le style « Chansons engagées ». Il enregistre, entre autres, les cassettes audio de : « Zozo Mayok » avec Dev Virahsawmy et le groupe Sitronel, « Leritaz » avec le Group Kiltirel IDP, « Zenfan Ti Rivière » avec la famille Casambo, « Zozef ek so palto Larkansiel », la 1ère version mise en scène de Gérard Sullivan sur des textes traduits en créole par Dev Virahsawmy, « Pei Larm Kuler » avec Bam Cuttayen, « Fler Lespwar » avec Zul Ramiah, « Pu Kifer ? » avec le groupe Sakre Mamko, « Abhishek » Bhojpuri Folksongs of Mauritius pour le MGI, « Krapo Kriyé » avec le groupe Latanier, ainsi qu’une série d’enregistrements « live » jamais édités.

Son passage à la Réunion lui permettra d’enregistrer le premier 33 tours vinyle de Ziskakan. Il travaille aussi aux côtés de Manu Dibango au Cameroun avant de retourner à La Réunion (1983) à l’invitation de l’Association ZISKAKAN pour laquelle il enregistre : « Pei Bato Fou » le deuxième double album 33 tours vinyle de Ziskakan, « M.K.T.B. » la première cassette de Baster pour ne citer qu’eux. De retour en Belgique en 1984 il reprend le commerce familial de disques « Etincel » et se spécialise dans la prise de son de musiques classiques et baroques.

C’est à partir de 2002, quand il revient dans l’océan Indien à la demande d’Alain Courbis, directeur du PRMA, et de Fanie Précourt, ethnomusicologue à la Réunion, qu’il commence à enregistrer une série de CD pour le label « TAKAMBA » du Pôle Régional des Musiques Actuelles de la Réunion, à l’Ile Maurice : « La voix des Chagos » avec Charlesia Alexis, « Ile Maurice, Musiques oubliées » avec Louis Lintelligent, Fanfan et Marclaine Antoine, et « Mo kapitenn » avec Michel Legris (à sortir) ; à la Réunion : « Entre Romances et Maloya » avec la famille Gado et aux Seychelles : « Ton Pat’: Memwar lamizik seselwa ».

Laisser un commentaire