macramé

Passe Temps - L’art du macramé par Tania

macraméParfois, ce sont les idées, en apparence anodines, qui donnent naissance aux projets les plus incroyables. Ce n’est pas Tania Abellard, l’artisane derrière Passe-Temps, qui nous dira le contraire. Créatrice dans l’âme, elle s’est mise au macramé et a fait de cet art son métier. Art ancestral, le macramé a traversé les époques et les pays, et est devenu un incontournable de la décoration bohème.

Dans sa maison à Albion, Tania Abellard s’est taillé un coin de travail au milieu d’une ribambelle de pelotes. Ses créations habillent chaque recoin de sa demeure. La jeune femme, qui a été Graphic Designer pendant 7 ans, a voulu tourner la page et s’adonner à une activité professionnelle plus épanouissante, être libre dans ses créations et surtout avoir sa propre entreprise.

Artiste dans l’âme et surtout autodidacte elle n’en revient pas de la chance qu’elle a de pouvoir faire au quotidien un métier créatif qui l’inspire. « J’ai fait de la peinture et, étant ado je confectionnais des bracelets brésiliens, des accessoires pour le fun. J’ai vraiment trouvé ma vocation à travers le macramé ».

macramé

Jour après jour, elle entremêle les fils pour créer des œuvres uniques et pleines de personnalité. Véritable lève-tôt, elle profite du calme du matin pour travailler. La technique : nouer, tisser, assembler différents types de nœuds. Si le macramé a longtemps été synonyme de tissage mural, il se décline aussi en de nombreux objets de décoration. Tania crée des suspensions florales ou cache-pots, des supports servant d’étagères. Elle a aussi accepté le défi de faire un rideau en macramé qui servira à décorer l’autel pour un mariage. Ses créations sont douces, élégantes et délicates. Tania utilise aussi du bois flotté, une matière qu’elle affectionne particulièrement, des rondins et des planches qu'elle ajoute à ses macramés. Sa créativité est sans limite. Elle a également donné des cours de macramé bénévolement à la plage de Tamarin pour l’événement « Tamarin by foot » en novembre dernier

Laisser un commentaire