Madagascar

Les magnifiques trésors de la Grande Ile [ Madagascar ]

Lorsqu’on visite un pays aussi grand que Madagascar, on rêverait d’y passer des mois entiers pour pouvoir tout connaître de sa culture, sa gastronomie, ses nombreuses richesses, sa population, son patrimoine, mais aussi pour ramener des souvenirs impérissables dans nos bagages. La Grande Ile regroupe ses plus beaux trésors sous l’ombrelle des traditions et des cultures à travers des lieux sacrés, l’art, des aires naturelles protégées qui abritent une faune et une flore endémiques. Pourquoi ne pas privilégier la visite de quelques trésors classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ? Madagascar en compte plusieurs. Parmi figurent l’art du bois Zafimaniry, la colline royale d’Ambohimanga et le Parc national de Zahamena.

L’art du bois Zafimaniry

Les Zafimaniry sont un peuple qui perpétue un héritage exceptionnel inscrit en 2008 au Patrimoine Mondial Immatériel de l’UNESCO ! Cette peuplade isolée conserve un certain mystère. En allant à leur rencontre vous vous offrez un véritable voyage initiatique en des contrées où croyances et légendes se transmettent de génération en génération.

L’art Zafimaniry est le dernier dépositaire du travail du bois à Madagascar. Pour découvrir cette belle richesse de la Grande Ile et s’immerger dans cette région préservée et authentique, il existe des treks de deux jours à une semaine qui vous permettront de faire une immersion complète au cœur de cette population et vous serez logé dans de belles demeures traditionnelles sculptées. Où les rencontrer ? Les Zafimaniry habitent une région montagneuse au Sud-Est d’Ambositra. Ils se sont établis dans cette région boisée et reculée pour échapper à la déforestation que connaissait le pays au dix-huitième siècle.

Madagascar

© Office National du Tourisme de Madagascar

Ils ont su développer au travers des siècles un art architectural exceptionnel. En visitant leur village vous tomberez sous le charme de ces portes et fenêtres qui sont travaillées dans le bois et sculptées en forme de figures géométriques représentant l’univers Zafimaniry. Vous remarquerez que toutes les maisons sont construites sans clous ni charnières et sont entièrement démontables. Un génie qui n’est pas sans rappeler celui que l’on retrouve dans le Sud-Est asiatique également, et qui pourrait avoir été amené par les premiers immigrants de l’île, quelque 2 000 ans avant J.C. De tailles relativement importantes, elles sont décorées de gravures géométriques appelées « sokitra ». Ce peuple utilise vingt espèces d’arbres endémiques différentes et chacune est adaptée à un type de construction ou à une fonction décorative spécifique. Les motifs géométriques qui embellissent volets et fenêtres des maisons de bois sont des réminiscences de signes magiques destinés à protéger la communauté, et à témoigner de ses liens avec son environnement. Pratiquement toutes les surfaces en bois sont richement travaillées.

Les Zafimaniry utilisent vingt espèces d’arbres endémiques, adaptées chacune à un type de construction ou à une fonction décorative spécifique. Si le nombre de motifs est limité, la créativité des artisans est telle qu’il n’existe pas deux objets identiques. Si vous cherchez un souvenir de Madagascar, optez pour une statuette ou un objet décoratif fabriqué par les Zafimaniry.

La colline royale d’Ambohimanga

Située tout près d'Antananarivo, à environ 20 km de la capitale, Ambohimanga ou la « colline bleue » est un site important, historique, politique, religieux et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Un retour dans le passé s’impose pour mieux comprendre l’histoire de ce lieu qui a su garder toute sa splendeur et sa force à travers le temps. Ambohimanga est la base de la dynastie qui mena à son apogée le royaume Merina (aujourd’hui Madagascar), disposé autour de douze collines dirigées et unifiées par le grand roi Andrianampoinimerina qui régna durant sept ans et qui transféra la capitale du royaume à Antananarivo.

Madagascar

© Serge Marizy-Zone Australe

Ambohimanga qui était considérée comme la capitale religieuse et la ville sainte du royaume de Madagascar au XIXe siècle, est aujourd’hui un lieu sacré et spirituel. Elle est composée d’une cité royale, de sites funéraires et d’un certain nombre de lieux sacrés, et est le reflet d’une histoire et d’une identité forte de la culture de Madagascar. Depuis 500 ans, c’est un lieu de pèlerinage et de culte que l’on vient découvrir et admirer. Avec une architecture exceptionnelle et un paysage authentique, le visiteur sent en ces lieux la force de l’histoire. C’est également le témoignage remarquable de la culture austronésienne, à travers le culte des ancêtres et des pratiques agricoles. En visitant l’ancienne demeure d’Andrianampoinimerina, le plus grand roi du pays, vous découvrirez un lieu empreint d’histoire et, à côté, le palais d’été de la reine ainsi que la salle de conférences de la reine et du Premier ministre.

Le parc national de Zahamena

C’est le berceau d’une richesse exceptionnelle. C’est un des musts de la destination malgache. Classé site patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2007, le parc national de Zahamena qui se trouve dans la partie est de Madagascar, abrite une faune et une flore endémiques riches et variées. Il est considéré comme étant un des plus beaux parcs de l’île de par son double climat, à la fois maritime et terrestre. On y trouve une diversité floristique et faunistique incomparable. La flore est exceptionnelle comprenant notamment 700 espèces avec un taux d’endémicité de 90%, dont 151 espèces de ptéridophytes, 60 espèces d’orchidées, 22 espèces de palmiers, 10 espèces de pandanus, 511 espèces de plantes ligneuses. Ce parc accueille  62 espèces d’amphibiens, 48 espèces de reptiles, 13 espèces de lémuriens, et 109 espèces d’oiseaux dont 67 endémiques à Madagascar. Vous y trouverez également de nombreux lémuriens, chauves-souris et papillons toujours plus colorés les uns que les autres. C’est l’habitat des lémuriens Propithecus diadema diadema (Simpona), Eulemur fulvus fulvus, et le gecko Paroedura masobe, mais aussi des Dypsis fibrosa et Pygeum africanum. La visite peut se faire à travers trois circuits qui offrent chacun des rencontres surprenantes, comme des lémuriens diurnes, ou la possibilité de camper au bord d’une piscine naturelle, ou pourquoi pas au bord de la cascade et la chute d’eau d’Andranomitsangana. Le parc compte une population hétérogène mais à dominance Betsimisaraka et Sihanaka, et collabore étroitement avec les villages environnants pour des actions conjointes de conservation. Vous pourrez, avec un peu de chance, apercevoir le Tyto Soumagnei, cet oiseau aux allures de chouette, rapace nocturne extrêmement rare. On ne le trouve que dans les forêts de l’est de Madagascar.

© Madagascar National Parks

© Madagascar National Parks

Laisser un commentaire