Sherin Naiken

Sherin Naiken - La collaboration avec les îles Vanille sur les croisières se passe très bien

Sherin Naiken, CEO de l’Office du Tourisme

Lors du salon IFTM Top Resa, Côte Nord a eu le plaisir de rencontrer la CEO du Seychelles Tourism Board et le tout nouveau ministre du Tourisme, Didier Dogley. Mme Naïken a fait le point sur la présence des Seychelles à Paris et la situation du secteur touristique dans l’archipel alors que le ministre nous a confié la volonté de son gouvernement de voir plus de Seychellois dans le management des hôtels.

Comment se passe le salon pour Les Seychelles?

C’est important pour nous de venir à Top Resa chaque année parce que c’est le moment de rencontrer nos partenaires des territoires francophones, pas seulement la France mais aussi la Belgique ou le Luxembourg. C’est important aussi de rencontrer les tour-opérateurs (TO), les agences de voyages et les compagnies aériennes pour renouveler nos engagements avec eux. Cette fois encore, nous avons eu des journées de travail chargées avec de nombreux visiteurs.

Y a-t-il du nouveau au niveau de la destination des Seychelles ?

Nous ne prévoyons pas d’ouverture de grands hôtels pour l’immédiat. L’ancien resort de Sainte-Anne, autrefois propriété de Beachcomber, et désormais passé sous l’enseigne du Club Med, ouvrira en 2020. Des nouveautés sont à prévoir sur le plan aérien avec la venue de Joon (filiale d’Air France) cette année, Edelweiss qui a ouvert la route de Zurich-Seychelles il y a trois jours (NDLR : le dimanche 23 septembre). Ces compagnies accroissent la connexion avec l’Europe déjà desservie par British Airways et Austrian Airlines notamment, mais aussi par les connexions existantes avec les pays du Golfe.

Vous vous reposez sur ces compagnies pour remédier à l’absence d’Air Seychelles sur ces lignes ?

Effectivement, Air Seychelles se concentre sur la desserte régionale.

Qu’en est-il des marchés émergents ?

Le taux de croissance sur l’Inde est très encourageant. L’Inde devient un marché très important se positionnant à la 5e place des arrivées pour les deux derniers mois. Quant à la Chine, elle connaît une baisse mais c’est un phénomène général. Mais il faut aussi regarder les marchés émergents en Europe comme la Bulgarie, la Roumanie et les pays de l’ancien bloc de l’Est. On a une belle coopération avec Turkish Airlines qui nous permet de nous connecter vers ces pays.

Et qu’en est-t-il de la coopération avec les îles de l’océan Indien et les pays de la région ?

Au niveau des îles Vanille, le projet principal pour le moment reste la collaboration sur les croisières et cela se passe très bien. Pour cibler les voyageurs européens, c’est un peu plus difficile car nous avons besoin d’une compagnie aérienne pour desservir les îles, pour faire les voyages triangulaires et pour le moment cela reste compliqué même si on a des TO (comme Exotismes) qui cherche à faire des packages combinés.

Que proposez-vous aux touristes de croisières quand ils arrivent à Victoria ?

Normalement, ils passent une journée mais bientôt une nouvelle compagnie va proposer deux jours d’escale. Les réceptifs proposent des visites au Marine Park, le tour de Mahé et la visite de Praslin, selon la demande. Nous avons aussi des guides qui font des tours culturels beaucoup plus authentiques à la rencontre de la population seychelloise.

Laisser un commentaire