Assises du Tourisme

Suite des Assises du Tourisme 2017 - L’industrie a son plan directeur pour les trois prochaines années

Réclamé et attendu depuis de nombreuses années, l’industrie touristique a enfin son plan stratégique pour les trois prochaines années. Le document publié par le ministre du Tourisme à la mi-septembre dernier est la suite logique des Assises du tourisme qui s’étaient tenues en 2017 et qui avaient réuni presque tous les acteurs du secteur allant des hôteliers aux tour-opérateurs, en passant parles compagnies aériennes et même les chauffeurs de taxi. Cette consultation qui a fait le tour des forces et faiblesses du tourisme mauricien, ainsi que les opportunités et les menaces auxquelles il fait face, répondait à un besoin urgent d’appréhender le tourisme d’aujourd’hui et de demain.

« Ce plan stratégique prône un développement centré autour de l’humain et tiré par des compétences, intensives et technologique. Le plan stratégique couvre toutes les facettes de l’industrie. L’île Maurice en tant que destination de rêve est la priorité des priorités. Notre principal objectif est d’avoir un tourisme inclusif et durable dans le cadre des Objectifs de développement durable adoptés par les Nations Unies », écrit le ministre du Tourisme, Anil Gayan, dans la préface du document. « Un comité de pilotage sera responsable de l’implémentation réussie des différentes stratégies, politiques et projets et fera la coordination entre les différents organismes gouvernementaux ainsi que les organisations privées et publiques », assure le ministre. Le document qui fait plus d’une soixantaine de pages donne un aperçu de la situation actuelle de l’industrie à Maurice et les tendances qui se dessinent au niveau mondial. Il reprend l’état des lieux discuté lors de Assises de l’année dernière et propose un plan divisé en trois parties. La première vise à intensifier la visibilité de la destination à travers notamment des campagnes de promotion sur les médias internationaux comme CNN, BBC, les magazines du voyage et les chaînes de télévision spécialisées ; la tenue de grands événements comme les World Travel Awards ou le concours Miss Monde ; plus d’accent sur la promotion digitale et un rebranding de la destination.

Le deuxième volet s’attaque à l’amélioration de l’accessibilité de la destination. Cela devrait passer à travers une ouverture graduelle du ciel mauricien ; amener des nouvelles compagnies aériennes de Russie, de Chine et de l’Europe de l’est et attirer plus de bateaux de croisières à Maurice avec pour objectif de faire venir 50 000 passagers (contre 31,400 en 2017) en 2021.

La troisième partie du plan est la plus volumineuse puisqu’elle énumère les différentes façons d’accroître l’attractivité de la destination. 32 mesures ont été identifiées. Parmi, relevons un programme de signalétique pour les touristes, des voies pédestres le long du littoral là où il n’y a pas de plage, la création de marinas et de jetées pour les bateaux de plaisance, la réhabilitation de sites culturels et historiques, le développement d’un circuit du patrimoine à Port-Louis, Mahébourg et Souillac, le développement d’applications pour les smartphones pour les sites historiques et les événements culturels, une collaboration avec Google Map pour mettre à jour l’application de navigation pour Maurice, un système de classification pour le secteur non-hôtelier, la création de voies piétonnes à Port-Louis et la transformation de Mahébourg en un village touristique à travers la restauration des sites et vestiges historiques. Il est à noter qu'un budget a déjà été alloué pour chaque item.

Laisser un commentaire