Sonal Holland

Sonal Holland : «La cuisine indienne se marie bien avec le vin»

L’île Maurice a reçu début novembre une visiteuse de marque, Sonal Holland, première et unique Master of Wine (maître du vin), le titre le plus prestigieux en œnologie, en Inde. Une initiative de Grays qui souhaitait mettre en avant l’accompagnement mets indiens et vins, cela à travers des dîners qui se sont tenus au Labourdonnais, à Maradiva et à The Market Restaurant & Deli. C’est dans le restaurant de Curepipe que nous avons rencontré cette femme fascinante de par sa passion et sa connaissance du vin.

Que Sonal Holland soit la première femme Master of Wine en Inde et l’unique jusqu’ici, n’est pas vraiment étonnant. L’Inde est un pays où la production et la consommation du vin sont relativement récentes, rappelle-t-elle. « Mais le vin est un breuvage qui connaît une croissance intéressante en Inde, autour de 14-15% par an, même si le whisky reste de loin le principal alcool. Mais le vin est en train d’envahir le champ culturel, le cinéma, les mariages, les fêtes familiales », explique Sonal Holland qui fait remarquer que « les femmes comptent pour 43% des consommateurs de vins ». « Les enquêtes montrent que les raisons évoquées sont qu’il y a une perception que c’est bon pour la santé, que c’est chic et sophistiqué et socialement plus acceptable dans une société indienne généralement conservatrice. Par ailleurs, les femmes sont encouragées par leurs compagnons qui peuvent les intégrer dans leurs cercles ».

Sonal Holland nous avoue que c’est Andrew Holland, qui allait devenir son époux, qui suscita chez elle l’intérêt pour le vin en lui faisant goûter le premier verre de vin blanc, un bourgogne. Mais ce sont ses voyages à l’étranger qui vont l’exposer au monde du vin et qui lui feront découvrir que ce breuvage pouvait être un facteur de convivialité et de socialisation lors de soirées entre amis et en famille.

Originaire de Mumbai où elle a grandi et poursuivi toutes ses études dont la gestion hôtelière, Sonal Holland commence sa carrière dans l’hôtellerie mais comprend bien vite que ce n’était pas vraiment ce qu’elle voulait. Dans le même temps, quelques producteurs commençaient à se lancer dans la culture de la vigne et la production de vin. Les consommateurs commençaient également à développer un intérêt pour cette boisson. Sonal constate qu’il n’y avait personne en Inde qui puisse conseiller et commenter la chose, une profession pourtant bien implantée dans le monde occidental. Elle décide alors de se lancer dans un long voyage du vin, en dépit du scepticisme ambiant. Elle fera ses études à Londres et bien vite s’imposera dans ce secteur qui est concerné par le business du vin, la production et la vente. Sonal est aussi un éducateur et un consultant.

C’est ainsi qu’elle s’est fait chantre de l’accompagnement entre cuisine indienne et vins; ce qui ne semble pas évident pour beaucoup et agace la Wine Master qui est également fondatrice des India Wine Awards. « Beaucoup de variétés de vins se marient aux plats traditionnels indiens comme le butter chicken, le roghan josh ou le palak paneer. Ce qui est difficile, c’est quand les plats sont trop épicés, ce qui peut être le cas d’autres cuisines également. Trop d’épices peuvent brûler votre langue et vous ne pourrez apprécier le vin et même les plats. Il faut que les épices soient modérées. Les vins les plus simples, alcool modéré, peu d’acidité et un peu plus sucré, vont le mieux avec les plats indiens ». Conseil valable pour les plats mauriciens également, assure Sonal Holland qui a pu en jauger l’influence de la cuisine indienne.

Laisser un commentaire