Mafate

La Réunion - Mafate, des paysages à couper le souffle

Des paysages si époustouflants, cela se mérite. Nichés au creux des montagnes, les villages - appelés ‘îlets’ - du cirque de Mafate sont accessibles uniquement via hélicoptère ou…à pied. Nous vous invitons à partir à sa découverte, à travers notre périple pédestre le temps d’un week-end… Direction îlet Grand Place les Hauts, chez Marcel et Dominique.

Direction îlet Grand Place les Hauts, chez Marcel et Dominique.

Avec plus de 140 kilomètres de sentiers, il y en a pour tous les goûts et pour tous les niveaux. Des randonnées longues, aux randonnées fortement dénivelées, en passant par les randonnées plus aventureuses, vous trouverez forcément celle qui vous mènera vers ce décor unique en son genre. Le cirque fait partie des paysages inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Pour notre part, nous avons choisi de partir à la conquête de l’îlet de Grand Place les Hauts, au départ de Deux-Bras. Il est accessible depuis la Rivière des Galets. Les plus téméraires feront le trajet à pied et ajouteront donc environ 2-3 heures supplémentaires aux 4 heures de randonnée prévues initialement. Sinon, vous avez l’option de le faire en 4x4, c’est plus chahuté !

Mafate

Une randonnée les pieds dans l’eau

Après une bonne demi-heure de route, nous voilà arrivés au point de départ où le chemin ne peut se faire qu’à pieds. Mais avant de voir les premiers panneaux indiquant direction et temps de marche… il y a encore quelques rivières à franchir.

Certains joueront les équilibristes, allant de roche en roche, pendant que d’autres préféreront mettre directement les pieds dans l’eau pour une traversée plus sereine. C’est pourquoi, prévoir des savates ou des paires de chaussettes de rechange peut être une bonne idée.

Après 4-5 rivières et près d’une heure de marche, nous apercevons les premiers panneaux d’indication. Direction donc Cayenne, îlet depuis lequel nous pourrons ensuite rejoindre Grand Place. Ce que nous ne savions pas, c’est que près d’une dizaine de rivières supplémentaires nous attendaient encore…

Lors de cette première partie de périple, nous avons eu la chance de découvrir un petit coin de paradis : un lieu de baignade niché au milieu de nulle part. Une eau certes très fraîche, mais d’un bleu à en rester béat. Attention cependant à ne pas trop s’approcher des roches, des éboulis sont très vite arrivés…

Mafate4 heures de marche, de forts dénivelés, et un décor magique

Après les rivières, la montée, les marches, les graviers, le soleil tapant… Oui l’ascension peut parfois s’avérer (très) chaotique, mais le jeu en vaut toujours la chandelle. Afin de profiter pleinement de cet environnement qui nous entoure, nous avons opté pour la randonnée sur deux jours et passer la nuit en gîte. L’alternative parfaite pour se ressourcer au milieu de la nature, après des heures de marche dans les pattes.

En effet, n’ayez crainte, Mafate compte de nombreux gîtes certifiés. Quelque soit vôtre hôte, n’hésitez pas à l’appeler une fois sur place ou à demander votre chemin aux habitants quand cela est possible.

Une fois arrivée en haut, où Marcel et Dominique nous attendaient donc pour la soirée, la récompense n’en était que plus belle. Un sentiment de fierté d’avoir accompli cette longue marche aux forts dénivelés, suivi d’un sentiment de bien-être de pouvoir se reposer dans un calme absolu.

Une fraîche nuit dans les Hauts

C’est là que nous avons découvert l’hospitalité mafataise. Le couple nous accueille avec un sourire si sincère, que la mise en confiance a été instantanée. A table, nous échangeons, parlons de nos cultures différentes, le tout autour d’un punch et de beignets chouchou faits maison. Dominique nous a ensuite concocté, dans ses marmites au feu de bois, un délicieux boucané papaye, ainsi qu’un cari poulet, accompagné des incontournables grains et riz.

La nuit tombe sur Mafate et les températures en font tout autant… La petite laine est de mise pour se réchauffer en regardant les nuages se former autour des montagnes. Il est désormais temps de faire une bonne nuit de sommeil réparatrice, pour repartir de plus belle le lendemain matin.

Réveillés par le chant des coqs et des oiseaux, nous n’avons pas mis longtemps à poser les orteils au sol et courir observer le soleil se lever sur ces montagnes vertigineuses.

Que cette nature est belle ! Mafate se mérite, et il faut l’avoir vu au moins une fois dans sa vie !

Texte et photos: Charline Bakowski

Laisser un commentaire