philippe-grondin

Nouveau chef exécutif du Sofitel L’Impérial - Philippe Grondin aime la cuisine traditionnelle

Depuis le mois de juin, un nouveau chef exécutif a pris les rênes du Sofitel L’Impérial. Français, originaire de Nantes, Philippe Grondin est installé à Miami mais a passé ses trente années de carrière à travailler à travers le monde. Des voyages qui ont nécessairement influencé sa cuisine mais il avoue qu’il reste attaché aux choses simples et notamment à la cuisine traditionnelle.

C’est derrière le grill que nous découvrons Philippe Grondin en plein buffet du midi. « Je suis souvent sur les buffets. J’aime l’interaction avec les clients. Comme ça, j’ai les informations en direct et je peux rectifier s’il y a lieu ». Cette image et ces paroles résument le personnage parce que ce qu’il préfère dans la cuisine, c’est faire plaisir aux clients. « J’aime qu’on me dise à la fin du repas : chef on a bien mangé, c’était super ». Pourtant, il avoue que s’il est entré en cuisine, c’est parce qu’il voulait voyager. Pas étonnant pour un Nantais. C’est ainsi que son diplôme en poche, il part au Maroc pour travailler au club Med. Puis il enchaîne le Mexique, Tahiti, les Bahamas. Il connaît un parcours classique : commis, demi-chef de partie, chef de partie, chef de cuisine. Une responsabilité qu’il assumera pour la première fois au club Med de Vittel (dans les Vosges), le seul hôtel de France où il a travaillé. Il restera avec le Club Med jusqu’en 2002 puis il s’installe à Miami avec sa famille. Il fera notamment de la restauration pour la haute société de cette ville balnéaire puis travaillera à l’Hôtel Cornell à New York, dans les îles Vierges et restera dans la région jusqu’à ce que le groupe Sofitel le recrute il y a sept ans pour l’ouverture du Sofitel Rabat au Maroc. Il y fera deux années puis quatre autres au Sofitel Agadir avant d’aller à Cuba. Il quitte l’île de Castro pour une autre île, Maurice, quand il est contacté par le directeur général Antonio Fereira de Sousa.

Le nouveau chef n’en est pas à sa première expérience mauricienne car il avait fait une année au Club Med de Pointe aux Canonniers il y a vingt ans de cela. Philippe Grondin apporte dans ses valises une cuisine influencée par ses voyages, ses rencontres avec d’autres cultures. « J’ai pioché dans les cuisines que j’ai rencontrées. J’ai été influencé par la cuisine asiatique grâce à mon séjour à Phuket et aussi la cuisine du Mexique où j’ai beaucoup travaillé. Je travaille avec les produits que je peux trouver là où je suis. Ici, je vais sans doute privilégier le poisson, le cerf ou le palmier. J’avoue que j’ai découvert la cuisine indienne au Sofitel L’Impérial et j’ai été séduit par l’utilisation des épices ».

Au cours de sa carrière, Philippe Grondin a vu la formidable évolution de la cuisine. Toutefois, il ne se déclare pas partisan de tout ce qui est nouveau et notamment la cuisine moléculaire. « Je suis pour une cuisine traditionnelle. C’est le vrai goût, c’est l’authenticité, c’est convivial. Un plat au milieu où tout le monde se sert sans trop de chichis. Le plus important c’est que ce soit bon et que les gens passent un bon moment. »

Laisser un commentaire