Débarcadère

Le Débarcadère : lieu de prédilection des amateurs de poisson

Installé sous des grands arbres à quelques mètres de la plage publique de Grand-Baie, le Débarcadère est devenu  le lieu privilégié pour l’achat de poisson frais et d’autres fruits de mer dans ce petit village balnéaire du Nord. Chaque après-midi, ce petit coin tranquille et calme se transforme en une ruche.

Débarcadère

Il est  14h en cette belle journée ensoleillée à Grand-Baie. Des pirogues accostent le rivage, les unes après les autres. A bord, des attirails de pêche et des poissons, crustacés et  mollusques. Les pêcheurs débarquent leurs prises sous le regard des ‘banyans” (grossistes) et des amateurs de fruits de mer au “ Débarcadère ”, une petite bicoque en béton autour de laquelle des étals de fortune sont érigés.

C’est là, sous l’ombre des grands arbres que leurs prises seront vendues jusqu’aux alentours de 18h. Ce rituel se déroule tous les jours à l’exception du dimanche lorsque les pêcheurs se retrouvent très souvent sous la varangue des boutiques pour trinquer tout en évoquant leurs exploits ou les difficultés rencontrées lors des différentes  sorties en mer.

Débarcadère

Le poisson est écaillé en deux temps trois mouvements

Une fois leurs prises débarquées, les pécheurs démarrent alors les négociations avec les banyans pour la vente de leurs produits. Lorsque  l’affaire est conclue, leurs prises sont très vite disposées sur les étals selon la taille, l’espèce et les couleurs. La vente démarre. Les banyans, munis d’une sacoche autour de la taille pour collecter les recettes de la vente, invitent les gens à  venir voir les prises du jour. « Approchez, approchez même si vous n’avez pas l’intention d’acheter » ou encore « un service après-vente est prévu pour ceux qui n’aiment pas étriper ou écailler du poisson ! », lancent-ils. Ces astuces finissent généralement par convaincre les clients à  sortir leur porte-monnaie. En effet, pour Rs 25 le demi-kilo, le poisson est écaillé, étripé et coupé, selon les souhaits des clients. Le reste est donné aux chiens et chats errants.

Débarcadère

Le poisson passe dans les mains expertes des banyans pour être nettoyés

Si la grande majorité des acheteurs se concentre sur les poissons les plus populaires tels que capitaine, le thon, la dorade, la vieille voleur, le sacréchien, ou encore le vacoas, les touristes et les restaurateurs du coin s’intéressent, quant à eux, plus particulièrement à la vieille rouge et aux langoustes et crabes dont le prix est moins abordable pour les citoyens lambda. Le prix au demi-kilo dépasse les Rs 120. Malgré les récriminations des clients qui se plaignent du prix de vente à cet endroit, en comparaison à certains autres points de vente du Nord, les banyans ont leur argument: les poissons vendus au Débarcadère sont pêchés dans les eaux claires, limpides, à l’abri de la pollution, au large du Coin de Mire.

La journée s’achève. Le coucher du soleil prend le relais. Des nombreux touristes se précipitent au bord de la plage pour admirer ce beau spectacle et le Débarcadère est enfin déserté et redevient calme.

Débarcadère

Laisser un commentaire