Remy Ollier

Qui était ce fameux Remy Ollier ?

C’est un nom que tous les Mauriciens connaissent. Après tout, Remy Ollier a une école primaire à son nom ainsi que plusieurs rues, avenues et impasses à Port-Louis, Quatre-Bornes, Beau-Bassin et même à La Gaulette, sans oublier un buste au Jardin de la Compagnie. Mais qui était l’homme derrière ce nom ?

Remy OllierFils d’un capitaine d’artillerie français et d’une esclave affranchie, Remy Ollier voit le jour le 6 octobre 1816 à Beau-Vallon. Elève brillant, il est très doué pour la littérature. Il connait une enfance et une adolescence heureuse jusqu’au décès de son père où il se retrouve contraint à trouver de l’emploi à Port-Louis à 16 ans. Mais passionnée par la politique, il passe son temps au tribunal à suivre le procès d’habitants de Grand Port, opposés à l’abolition de l’esclavage, accusés de complot contre le gouvernement.

C’est le 8 avril 1843, alors qu’il est âgé de 26 ans que Remy Ollier entre dans l’histoire de Maurice. C’était une période où l’émancipation des gens de couleur était un sujet brûlant d’actualité et où la haine raciale était très présente. Le lendemain d’une représentation de la pièce « Antony » d’Alexandre Dumas, grand écrivain français, on retrouva dans les colonnes des journaux des gens scandalisés qu’une pièce écrite par un homme de couleur ait été jouée au théâtre de Port-Louis.

Remy Ollier, indigné par ce qu’il avait lu, voulut écrire une mise au point qu’il envoya aux journaux de l’époque. Aucun ne voulut publier sa lettre. Il décida donc de la publier lui-même sous forme de missive, qu’il nomma La Sentinelle, et de la distribuer parmi la population. Cette publication devint dès lors régulière et avec celle-ci, Remy Ollier posa les bases de la liberté d’expression à Maurice.

Remy OllierAvec La Sentinelle, il se fit le porte-parole des gens de couleur, se faisant de nombreux ennemis par là même. Cette missive servit également à défendre les droits humains. Ainsi, il défendit la cause des travailleurs engagés indiens maltraités, il milita pour l’ouverture d’un hospice pour les enfants abandonnés, il s’éleva contre la peine de mort et il entreprit une campagne pour réformer le système éducatif qu’il trouvait très sélectif et inégalitaire. En effet, c’est grâce à lui que le Collège Royal ouvrit ses portes aux gens de couleur et que le gouvernement colonial modifia les principes d’attribution de la Bourse d’Angleterre afin qu’elle soit accordée à un plus grand nombre d’étudiants, et pas seulement aux étudiants issus de la population blanche.

En l’espace de deux ans, Remy Ollier réussit à imposer ses idées et à se faire entendre mais cela lui coûta très probablement la vie car il mourut à 28 ans seulement, le 26 janvier 1845, dans des circonstances douteuses après avoir vraisemblablement été empoisonné. Il n’y eut aucun article dans les journaux à sa mort mais les rues de Port-Louis étaient bondées de gens venus rendre un dernier hommage à ce jeune homme passionné par les droits humains et qui était parti beaucoup trop tôt.

Photo en tête d'article: Le buste de Remy Ollier au Jardin de la Compagnie à Port-Louis

Laisser un commentaire