chouchou

Saveurs créoles: le chouchou

 

Farci, fricassé, en boulettes, en salade, en sauce blanche ou dans les jardinières, le chouchou est un légume qui a la cote dans les Mascareignes. On retrouve la plante du chouchou surtout dans les zones tempérées de Maurice et de la Réunion.

Appelé « chayote » en France métropolitaine et « christophine » aux Antilles, ce légume de la famille des cucurbitacées est cultivé dans des régions tropicales. A Maurice et à la Réunion, le chouchou fait très certainement partie des légumes les plus appréciés par les locaux. Ils ne mangent pas uniquement le fruit de la plante mais également les tiges et les jeunes pousses qui donnent les fameuses « brèdes chouchou » que l’on mange en bouillon ou à l’étouffée. Les Réunionnais consomment également la racine du légume, riche en amidon, qu’ils appellent « patate chouchou », qui peut être détaillée en bâtonnets et préparée comme des frites ou dans des gâteaux. D’apparence rustique, la racine a une texture agréable.

Composé à 90% d’eau, le chouchou est riche en vitamine C, en potassium, en cuivre et en magnésium. Il favorise une cuisine diététique et équilibrée. Il a l'aspect d'une grosse poire biscornue, parfois avec des piquants et sa chair est blanche et ferme. En termes de saveurs, le chouchou est un peu comme la courgette : il a un goût subtil mais peu prononcé. C’est pour cela qu’on le cuisine avec une sauce bien présente ou un assaisonnement assez relevé. Avant de cuisiner le chouchou, il faut penser à l’éplucher sous un filet d’eau ou de mettre des gants pour ne pas avoir les doigts tout collants.

A la Réunion, le chouchou était cultivé à Salazie à la fin du 19e siècle à des fins d’artisanat. En effet, les tiges séchées donnent des rubans de paille blanc argenté que l’on appelle  « la paille chouchou ». Cette matière première de grande qualité était exportée en Europe et aux Etats-Unis et était une importante source de revenus pour les Salaziens au début du XXe siècle. Aujourd’hui encore, les tiges séchées sont tressées pour fabriquer des tongs, des chapeaux, des sacs...

Laisser un commentaire