st-regis-residential-manager

Rakesh Gokhool du St. Regis Mauritius Resort: pur produit de l'hôtellerie mauricienne

 

Rakesh Gokhool, Residential Service Manager du St. Regis Mauritius Resort, a apporté sa contribution à l’ouverture de plusieurs des hôtels les plus luxueux de l'île Maurice. Ce self-made man a appris durant ses vingt années dans le métier une chose essentielle: l’importance de la formation.

Les débuts de Rakesh Gokhool dans le monde de l'hôtellerie n’ont pas été très concluants. Après avoir reçu son diplôme de cycle secondaire, ce Mauricien originaire de Quatre-Bornes envisage des études de design. En attendant de s’inscrire à l'université, il accepte un emploi de barman dans un hôtel du Morne. “J’ai aimé ça et je me suis dit pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie”, se souvient-il.

Mais après six mois de travail et d’apprentissage “sur le tas”, Rakesh commet une erreur. Il laisse filer un client qui n’a pas payé et perd son poste manu militari. “Je n’ai pas honte de cette erreur car elle m’a donné une grande leçon, l’une des plus importantes. Il ne faut jamais jeter quelqu’un dans la fosse aux lions sans un minimum de formation”.

st-regis-restaurants

Il ne tarde pas à suivre cet enseignement… Après avoir obtenu un poste dans un autre grand hôtel de l’ile, le Coco Beach, Rakesh Gokhool s’inscrit pour des cours par correspondance avec une prestigieuse école hôtelière singapourienne. “C'était une période difficile. Je me levais à 5h du matin pour être à Belle-Mare à 7h, et le soir je devais réviser mes cours”, explique-t-il. Ses efforts finissent par être récompensés de la plus belle manière.

L’an 2000 a été un tournant pour moi. J’avais vu une annonce d’Oberoi qui allait ouvrir à Maurice et cherchait des gens pour suivre un cursus en management hôtelier. Il y a eu une compétition nationale et j’ai fini par être choisi”, raconte le Residential Service Manager. Lors de sa formation, il étudie et pratique tous les métiers de l'hôtellerie: cuisine, entretien, service, bar, front-desk, administration… Ses compétences seront précieuses dans de nombreux établissements importants du pays qui ont ouvert leurs portes durant les 20 dernières années.

Rakesh fait même un détour par les Seychelles, plus précisément sur l'île de Praslin, durant quelques années. Il en garde des souvenirs impérissables, mais son île natale a fini par lui manquer. De retour à Maurice, il s’octroie une année sabbatique pour s’occuper de son fils et aussi pour réaliser un projet qui lui tient à cœur depuis longtemps: devenir agriculteur.

Il conçoit deux serres de culture de tomates hydroponiques dans le Sud. “J’ai toujours aimé le jardinage. Quand j'étais adolescent, je faisais partie d’un club agricole. On partageait des photos de nos potagers et on s'échangeait des graines, par exemple”, confie notre interlocuteur. Après un an de dur labeur, Rakesh décide de retourner à ses premières amours professionnelles, l'hôtellerie.

Il accepte le poste de Residential Service Manager au St. Regis Mauritius Resort, de la chaîne de renom internationale Starwood. L'établissement de luxe et aux services exceptionnel semble convenir à cet homme qui a grandi en même temps que l’industrie. Rakesh s’avère très vite extrêmement compétent. Parmi ses contributions, la modernisation du service de majordome est l’une des plus brillantes.

Le Residential Service Manager a en effet su adapter ce métier ancien et prestigieux aux exigences de notre temps. “Un bon majordome doit avoir plusieurs grandes qualités: être cultivé, savoir écouter, s’adapter, être discret, attentionné... Une bonne culture générale est importante, et c’est aussi un avantage si on a déjà voyagé”, précise Rakesh Gokhool… Il lance un atelier de formation continue et imagine un concept de “e-majordome” pour faire entrer le service dans l'ère de la technologie.

J’ai ouvert un compte WhatsApp sur lequel les clients peuvent nous transmettre leurs demandes. C’est un service discret et rapide très apprécié. Le système est également doté d’un service de réveil téléphonique, de petit déjeuner au lit ou de repassage”, affirme Rakesh. Les autres difficultés du tourisme moderne comprennent les clashes culturels qui peuvent parfois arriver, surtout avec l’explosion du tourisme asiatique ou scandinave. En effet, de simples gestes mal interprétés peuvent jeter un froid entre membres de cultures éloignées.

Les résultats des efforts de Rakesh sont déjà visibles: le service majordome est plus efficace, professionnel et productif qu’avant. Mais le Residential Service Manager ne compte pas s'arrêter là: d’autres projets ambitieux lui trottent déjà dans la tête…

Laisser un commentaire