Sign in / Join
La rue Pagoda

La rue Pagoda à Plaine Verte, la référence pour les robes de mariage à Maurice

La rue PagodaLe quartier musulman de Maurice, Plaine Verte, attire les habitants des quatre coins de l’île voulant faire de bonnes affaires. En effet, on y trouve de tout : vêtements, matériel de couture, ustensiles de cuisine… Mais il y a là une rue bien particulière qui mérite qu’on s’y attarde : la rue Dr Hassen-Sakir, connue par tous comme la rue Pagoda, LA rue des boutiques de robes de mariées.

Tulle, dentelle, perles, strass, lacet, que de blanc… On ne voit que cela lorsqu’on entre dans les magasins de robes de mariées de la rue Pagoda. Et ils sont nombreux : Sheihanna Fashion, Au Lys d’Or ou encore Ashiana Fashion parmi tant d’autres. Leurs propriétaires ont vu des centaines de futures mariées défiler dans leur magasin, accompagnées de leur mère, belle-mère, père, sœur, amie ou même leur fiancé dans certains cas.

Alors que certaines sont à la recherche d’un modèle spécifique, d’autres ne savent pas du tout ce qu’elles veulent. Mais en tout cas, pas question de toutes les essayer car à la rue Pagoda, la plupart des magasins donnent la possibilité d’essayer deux ou trois robes. Cela peut paraitre assez strict comme mesure mais quand on voit toute la peine que les vendeuses ont pour faire enfiler une robe avec toutes ses couches de tulle, les manches, la traine, les cerceaux sur la future mariée en rapport à la superficie du magasin, on ne peut que comprendre.

La rue Pagoda

A Maurice, ce sont surtout les femmes musulmanes et catholiques qui se marient en robe blanche, nous explique Astafa Bauccha, qui a ouvert le premier magasin de robes de mariées à Maurice en 1989 : Ashiana Fashion. « Les Mauriciennes, nous dit-il, viennent en famille et il est assez commun pour les femmes de foi musulmane de venir accompagnées de leur fiancé car selon la tradition, c’est lui qui achète la robe et tous les accessoires de sa future épouse. A contrario, les femmes de religion catholique ne sont pas accompagnées de leur fiancé parce que d’après les superstitions, montrer la robe à son futur époux avant le jour des noces peut porter malheur. »

Les robes de mariées et les accessoires, Astafa les commande de Chine. Avant 1989, les mariées faisaient coudre leurs robes et Astafa estime qu’il a révolutionné le domaine en ouvrant son magasin à la rue Pagoda en donnant aux futurs époux, plus d’options et de modèles. Près de 30 années plus tard, son commerce familial marche bien.

La rue Pagoda

Laisser un commentaire

Articles de la même région

X
- Entrez votre position -
- or -